Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le ESEE 5, épisode 2.

1 Juin 2013, 15:12 ESEE 5 feu stage de survie vidéo ESEE 5

Nihil est sine ratione « Rien n'est sans raison »

Théo / ARTS

Le ESEE 5, épisode 2.

Bonjour,

voici la suite de la présentation du COUTEAU DE SURVIE (ça rigole toujours ! -voir épisode 1-) : le ESEE 5 en version noir et manche G10 orange.

J'écris cet article après deux années d'utilisation intensive (plusieurs sorties par mois en stage ou en solo).

Les images valant mieux qu'un long discours, vous trouverez dans cette deuxième partie quelques vidéos ainsi que des photos illustrant différents types d'utilisation possible de ce couteau (certaines pourront choquer les âmes sensibles !!)

Dans la pochette avant de l'étui je loge une petite boîte en fer maintenue par deux morceaux de chambre à air (excellent allume feu... peu écologique, je le concède, mais terriblement efficace et qui brûle longtemps), un briquet (orange pour le retrouver dans l'herbe), quelques "allumettes" maison de bois gras, un mouchoir en papier et un grosse barre de ferrocerium (appelé firesteel dans la langue de W.Shakespeare). Temps de fabrication du bâton à feu et ignition de la pelote de bois : moins de 5 minutes. Le temps était sec et je n'ai pas eu à utiliser de bois gras ou de la chambre à air pour démarrer mon feu.Dans la pochette avant de l'étui je loge une petite boîte en fer maintenue par deux morceaux de chambre à air (excellent allume feu... peu écologique, je le concède, mais terriblement efficace et qui brûle longtemps), un briquet (orange pour le retrouver dans l'herbe), quelques "allumettes" maison de bois gras, un mouchoir en papier et un grosse barre de ferrocerium (appelé firesteel dans la langue de W.Shakespeare). Temps de fabrication du bâton à feu et ignition de la pelote de bois : moins de 5 minutes. Le temps était sec et je n'ai pas eu à utiliser de bois gras ou de la chambre à air pour démarrer mon feu.
Dans la pochette avant de l'étui je loge une petite boîte en fer maintenue par deux morceaux de chambre à air (excellent allume feu... peu écologique, je le concède, mais terriblement efficace et qui brûle longtemps), un briquet (orange pour le retrouver dans l'herbe), quelques "allumettes" maison de bois gras, un mouchoir en papier et un grosse barre de ferrocerium (appelé firesteel dans la langue de W.Shakespeare). Temps de fabrication du bâton à feu et ignition de la pelote de bois : moins de 5 minutes. Le temps était sec et je n'ai pas eu à utiliser de bois gras ou de la chambre à air pour démarrer mon feu.

Dans la pochette avant de l'étui je loge une petite boîte en fer maintenue par deux morceaux de chambre à air (excellent allume feu... peu écologique, je le concède, mais terriblement efficace et qui brûle longtemps), un briquet (orange pour le retrouver dans l'herbe), quelques "allumettes" maison de bois gras, un mouchoir en papier et un grosse barre de ferrocerium (appelé firesteel dans la langue de W.Shakespeare). Temps de fabrication du bâton à feu et ignition de la pelote de bois : moins de 5 minutes. Le temps était sec et je n'ai pas eu à utiliser de bois gras ou de la chambre à air pour démarrer mon feu.

Pour l'entretien de l'acier (lame en acier carbone rappelons-le), j'utilise du WD40 (lubrifiant silicone en bombe) que je pulvérise sur la lame après chaque sortie (et après un nettoyage et un séchage en règle) suivi d'un petit essuyage au mouchoir en papier. Il n'a JAMAIS rouillé.

Évidemment, cette méthode vous interdit de vous servir du couteau pour un usage alimentaire (le WD40 n'est pas répertorié par l'OMS comme denrée comestible). Il faut donc prévoir, dans son fond de sac (ou en tour de cou - cela fera l'objet d'un prochain article) un autre couteau plus léger (type MORA, un IZULA de chez ESEE ou l'excellent DPx HEST -voir article-) pour l'usage alimentaire arrivé au campement. Cela présente également l'avantage d'avoir une deuxième lame sur soi, un peu de redondance dans ce domaine étant plus que souhaitable.

Pour l'entretien du manche, un coup d'éponge côté grattoir, rinçage à l'eau et séchage.

Le ESEE 5 remporte la note la plus haute décerné par l'équipe A.R.T.S. : 3 étoiles.

commentaires

matureescortslondon.pro 29/07/2017 16:49

what's steel here?

francois 20/03/2015 00:04

belle demonstration ,! tres pedagogique ! COUPER UNE BRANCHE DE BOIS VERT! en general on coupe du bois mort non ? bravo l'amour de la nature ! je sais c'est reac mais bon il faut ce qu il faut NA !

Fr0 29/07/2014 00:52

Selon les possibilités de transport de matériel, j’emporte si possible un petit couteau solide et très coupant (type mora) et une machette condor tapanga, mais si je ne peut emmener qu'un seul couteau, j'emmène un puma bowie modèle ancien avec sa très puissante lame de 19 cm et 6.5mm d'épaisseur que j'ai retravaillé avec un tranchant rasoir et une très bonne prise en main, solidité incroyable, efficacité et qui peut presque tout faire, cuisine repas (coupe les tomates en tranches), petite hachette (serpette) pour la coupe de bois, fendre des bûches, se tailler les ongles, creuser le sol, servir de repose pied pour grimper aux arbres, fer de lance très puissant au bout d'une branche etc .. l'inconvénient : un peu lourd.
je suis du même avis , il faut parfois des années pour trouver son couteau.
cela dit le esse 5 est un excellent couteau, mais il faut emmener une petite scie pliante ou une petite hachette pour couper du gros bois.

Didier 76 06/01/2014 16:34

"Évidemment, cette méthode vous interdit de vous servir du couteau pour un usage alimentaire (le WD40 n'est pas répertorié par l'OMS comme denrée comestible"

Une vidéo ou il est question d'une huile d'entretien des métaux annoncée comme compatible "alimentaire"

C'est ici > http://www.youtube.com/watch?v=ofru1fGBdGM

La partie qui aborde ce point particulier de la comptabilité alimentaire est en fin de vidéo.

Cdlt

Didier76 05/01/2014 13:15

Juste un détail...personnellement je n'arrive pas a me faire à cette mode du "coating" sur les lames, sensée favoriser la pénétration de la lames lors du batonnage - C'est certainement le cas lorsque ce revêtement est neuf mais comme il se dégrade progressivement il perd ses qualités et pourri l’esthétique de la lame. Il en va aussi ainsi pour les "ceration"(ortho?) qui sont toujours assez problématiques à affuter et ne font qu'apporter une contrainte supplémentaire à l'entretien.

Didier76 05/01/2014 02:34

Ben non je ne me gausse pas ...(sourires)
Il faut des années pour trouver SON couteau apres en avoir essayé et usé plusieurs a l'ouvrage - Vient le jour ou l'homme rencontre son outil et là l'alchimie opere, vous n'êtes plus seul dans la vie ! On ressent un affect certain dans ces deux post concernant cet outil a la couleur flamboyante et je comprend cela aisément pour ressentir les mêmes émois avec mon Warthog et mon F1.- C'est que c'est l'outil de base incontournable sans lequel il n'y aurait pas de coureur des bois digne de ce nom...le couteau ! Ça se respecte que diable !
Bon, je crois que j'en fais trop là ..non ?

Cdlt

Haut de page